Wilson chante Montand

livre0

Lambert Wilson connait bien Yves Montand. Leur rencontre avec cet album sonne comme une évidence. Une évidence de timbre, déjà. Yves Montand et Lambert Wilson sont deux barytons légers à la tessiture semblable, au timbre voisin, mais sont surtout deux amoureux des mots.

Lambert Wilson avait déjà fait quelques incursions dans le répertoire d’Yves Montand, à l’époque de ses premiers spectacles musicaux dans les années 90, mais son travail d’acteur de cinéma et les comédies musicales avaient repris le dessus. Aujourd’hui, il retrouve Bruno Fontaine, pianiste, arrangeur et compositeur qui avait été son complice pour deux de ses spectacles musicaux et pour le film On connaît la chanson d’Alain Resnais.

Wilson chante Montand contient ainsi les grands classiques immortels comme « La Bicyclette », « Les Grands Boulevards » ou « Syracuse », mais aussi quelques raretés comme « Les Bijoux », composé par Léo Ferré sur un poème de Charles Baudelaire, « Casse-têtes » de Gébé et Philippe-Gérard ou « Sanguine », de Jacques Prévert et Bob Castella.
« Trois chansons ont même été difficiles à chanter tant elles m’émeuvent : Les Feuilles mortes, Barbara et Le Temps des cerises qui toutes parlent d’une époque révolue, du bonheur d’avant la guerre, de l’amour disparu. »

Les arrangements de Bruno Fontaine mêlent la dynamique d’un groupe de jazz, la puissance d’un orchestre symphonique, la grâce du Quatuor Hermès et l’inspiration de grands solistes – Paul Meyer à la clarinette, Henri Demarquette au violoncelle.
Bruno Fontaine convoque des mélancolies à la Nino Rota, des instants grinçants entre Kurt Weill et Astor Piazolla, des tapis moelleux très Sinatra, des ampleurs philharmoniques, des instants d’intimité poignants.

Une relecture à la fois respectueuse et libre, lettrée et jouissive.

Montand, Edith, Marilyn et Simone

livre0

« Montand, Edith, Marilyn et Simone » est un spectacle musical pas comme les autres… Bien sûr il retrace la vie d’Yves Montand à travers ses célèbres amours et ses non moins célèbres chansons. Mais Hélène Arden, auteur du spectacle, a choisi d’interpréter le rôle de Lydia, la soeur de Montand, coiffeuse à Marseille. Elle nous reçoit dans son salon de coiffure pour nous raconter la vie de son frère. C’est une soeur attachante, émouvante, drôle, qui avec son franc parler connait bien les défauts et les qualités d’Yves, une soeur qui discute avec ses clients (le public) et les embarque en deux coups de peigne dans sa vie.

Au fil de plus de 180 représentations à Paris et en province, Helene Arden a fait de belles rencontres: Valentin le fils de Montand, Carole sa dernière compagne, Jean Louis Livi son neveu, elle est allée dans sa maison à St Paul de Vence, à la Colombe d’Or, à Allauch chez Lydia, à Autheuil Autouillet (sa maison de campagne en Normandie), Place Dauphine à la « roulotte »… Et petit à petit, bien au delà du spectacle, elle est devenue comme elle le dit elle même à la fin du spectacle, les larmes aux yeux , la soeur de coeur de Montand.

Montand Opéra – Sacha Sprenger

livre0

Le 8 septembre 1982 le Metropolitan Opéra de New York ouvrait ses portes pour la première fois à un artiste de music-hall. C’est la consécration pour Ivo Livi, il est âgé de 61 ans à l’époque.

34 ans plus tard, Sacha Sprenger chantera Yves Montand à l’Opéra Royal de Wallonie à Liège…